TIC : quel rôle dans la gouvernance et l’administration au Togo ?

Le séminaire “transformer la gouvernance et l’administration publique au Togo pour la mise en oeuvre de l’agenda 2030 pour le développement durable” se tient à Lomé du 16 au 18 mai 2017. Il réunit des experts de l’UNDESA (délégation des affaires sociales des Nations Unies) ainsi que des acteurs institutionnels togolais. Cet événement est l’occasion de s’intéresser au rôle joué par les technologies de l’information et de la communication dans la gouvernance et l’administration au Togo.

Mettre en oeuvre l’Agenda 2030, voilà ce qu’ambitionne notre pays à juste titre. En effet, le numérique offre, aujourd’hui, d’importantes possibilités pour développer le Togo mais également pour favoriser un développement durable. Notre objectif est simple : travailler durant les 13 prochaines années pour faire du Togo un hub dans la sous-région en matière d’utilisation des TIC.

Il me semble, en effet, nécessaire, voire primordial, de repenser notre gouvernance et notre administration au prisme des nouvelles technologies avec comme principal objectif d’améliorer le quotidien des citoyens.

Le numérique, une priorité

Depuis ma prise de fonction au Ministère des Postes et de l’Économie numérique, je n’ai eu de cesse d’intégrer toujours plus de numérique dans les procédures administratives et dans la vie du pays. Les TIC jouent un rôle important dans la réalisation de la dynamique de développement que nous avons insufflé avec le gouvernement, notamment dans la Stratégie de Croissance Accélérée et de Promotion de l’Emploi (SCAPE).

Notre stratégie repose sur 4 axes principaux, essentiels pour espérer tirer partie de la révolution numérique :

  • Améliorer le cadre réglementaire pour attirer plus d’investissements et favoriser une concurrence saine et durable ;
  • Dynamiser le marché afin de favoriser l’émergence d’offres de services de qualité à des prix abordables ;
  • Renforcer les infrastructures pour couvrir l’ensemble du territoire et relier le Togo aux pays voisins en s’appuyant sur les meilleures technologies. Nous permettrons ainsi aux populations urbaines et rurales d’accéder aux services de télécommunication ;
  • Faire pénétrer les TIC à tous les niveaux socio-économiques à travers la démocratisation des usages et l’encouragement à la formation ainsi qu’à la recherche en matière de technologies de l’information et de la communication.

S’adapter pour développer

Intégrer les TIC dans la société togolaise, les rendre accessibles à tous les citoyens est une nécessité. Cependant, de tels objectifs ne peuvent être atteints qu’étapes  par étapes.

Le développement du numérique engendre plusieurs chantiers en termes d’infrastructures ou de formation.

S.E.M. Faure Gnassingbé s’engage et agit pour que l’administration et les services publics togolais délivrent un service de qualité aux citoyens quel que soit leur situation géographique sur le territoire.

Avec le réseau E-Gouvernement inauguré par le Président de la République le 24 avril dernier, nous avons connecté plus de 560 bâtiments administratifs et les 2 Universités de Lomé. Nous avons également formé les agents afin qu’ils sachent comment utiliser des outils innovants mis à leur disposition. Ces derniers initient une rationalisation des activités des fonctionnaires. Les membres du gouvernement ont également été dotés de messageries professionnelles afin de faciliter et sécuriser leurs communications.

Avec l’E-Gouvernement, nous avons modernisé l’administration,  préalable indispensable pour des services publics performants et accessibles.

Dématérialisation et développement durable

Dématérialiser, c’est aussi réduire considérablement la consommation de papier et donc l’empreinte environnementale de nos activités administratives. À l’heure du réchauffement climatique et de la déforestation, le numérique apparaît comme une solution salvatrice pour notre environnement.

Le numérique est un vecteur d’innovation et c’est grâce à l’innovation que nous parviendrons à nous développer et à concevoir des modes de production ou de transport plus respectueux de l’environnement.

Nous avons donc tout à gagner à aller plus loin dans l’accès des citoyens au numérique.

Dématérialiser pour désenclaver

La dématérialisation que j’évoquais avec le réseau E-Gouvernement est, en effet, un  prérequis au désenclavement de notre pays.

Intégrer les TIC dans la gouvernance et l’administration au Togo a pour principal effet de permettre à tous les citoyens d’accéder aux services publics. Notre politique d’Open Data donne également la possibilité aux Togolais de commencer à consulter les données gouvernementales. Il est important pour le gouvernement de répondre au besoin de transparence de la population.

Vous le savez, notre pays souffre d’un fossé qui sépare zones rurales et zones urbaines. Grâce au numérique, nous sommes en train de le résorber en renforçant la connectivité du territoire et en rapprochant les localités de l’administration avec le projet E-Village.

De plus, les zones rurales ont été au coeur de nos efforts en matière de développement des TIC. Le projet AgriPME permet, par exemple, aux agriculteurs d’utiliser leur téléphone comme de véritables porte-monnaie virtuels. Ils peuvent ainsi recevoir leurs subventions d’Etat via leur mobile.

En matière d’éducation…

Dans le domaine scolaire, je poursuis les efforts avec le reste du gouvernement pour que les jeunes Togolais puissent avoir une éducation de qualité. Nous travaillons au quotidien pour que nos jeunes sortent qualifiés de leur cursus et que la jeunesse togolaise soit reconnue à l’international pour ses compétences.

Pour ce faire, nous avons apporté l’internet haut débit par fibre optique jusqu’aux universités du pays,  nous développons un Environnement Numérique de Travail innovant au sein des lycées techniques et scientifiques pour que les jeunes aient accès à de nouvelles ressources pédagogiques.

Aucun Togolais n’est oublié dans cette dynamique de numérisation du territoire. L’objectif est, qu’aucun togolais ne se trouve à plus de 5 km d’un point d’accès internet haut débit à l’horizon 2030. Parce que le numérique est l’avenir de l’Afrique et que son développement sur notre territoire est essentiel à notre croissance.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s