Gouvernement du 17 septembre 2013 : des télécommunications à l’économie numérique

Cina Lawson - Armoiries du Togo

Cina Lawson – Armoiries du Togo

J’ai l’honneur et la responsabilité de conserver mon portefeuille au sein du Gouvernement formé mardi 17 septembre dernier par Arthème Ahoomey-Zunu, Premier ministre.

Portefeuille conservé, certes, mais dont l’intitulé évolue : je suis désormais Ministre des Postes et de l’Economie numérique. Vous, lecteurs de ce blog, savez bien que l’économie numérique est le plus souvent assimilée aux technologies de l’information et de la communication (TIC) parmi lesquelles, de fait, la téléphonie mobile occupe une place déterminante tant dans la vie des Togolais que dans les politiques que nous conduisons.

Mais vous savez aussi, pour me lire, que l’économie numérique est bien plus encore. Elle ne recouvre pas simplement, qu’on se le dise, des activités qui utilisent les nouvelles technologies dans le seul but d’accroître la productivité. Ainsi le commerce électronique et la fourniture de services dématérialisés, innovants, aux entreprises et aux particuliers sont des aspects tout aussi importants de l’économie numérique qu’il nous incombe de soutenir.

Les nouvelles technologies, au Togo comme ailleurs, génèrent des emplois et de nouvelles opportunités et j’ai la conviction, la certitude, que c’est la jeunesse qui doit en être la première bénéficiaire. Les nouvelles attributions de mon Ministère nous permettront de mieux soutenir l’innovation, tout en favorisant sa promotion et sa diffusion au sein de l’économie. Nous comptons également accélérer la cadence de nos réformes sectorielles afin de pouvoir véritablement mettre en place un environnement propice a la croissance grâce a l’utilisation des outils technologiques.

Pour être en mesure d’accompagner ces changements, la puissance publique doit montrer l’exemple en empruntant la voie, incontournable, de la e-administration. Bien outillé, moderne, l’Etat ne doit toutefois pas oublier d’être stratège : nous élaborerons un schéma directeur de déploiement des infrastructures et des applications qui soutiennent l’économie.

Fidèle à cette vision globale et juste de l’impact du numérique sur le développement du Togo, je remercie le Premier ministre de cette évolution sémantique qui a toute son importance et qui vient conforter la voie tracée jusqu’ici par l’action de feu le Ministère des Postes et des Télécommunications.

Et vous chers lecteurs, que pensez-vous de cette évolution ?

3 réflexions au sujet de « Gouvernement du 17 septembre 2013 : des télécommunications à l’économie numérique »

  1. Nahmsath Yabouri

    Je reste personnellement convaincu que cette évolution sémantique est d’importance depuis que la convergence des médias débutée il y a plus d’une décennie rend désormais floue les frontières entre informatique et télécom. L’avènement d’une économie numérique digne de ce nom au TOGO appelle à des exigences fondamentales en termes d’infostructure qui à mon avis recouvrent les éléments suivants:

    1. Services publics accessibles en ligne exclusivement sous le domaine .TG et ses dérivations. Il faut mettre fin aux sites web institutionnels publics en .com, .org et dérivés.
    2. Renforcement de la sécurité des serveurs de nom via une implémentation systématique des protocoles de dernières générations comme DNSSEC pour réduire la prolifération de sites web illicites
    3. Hébergement des contenus web institutionnels et publics en local. Il est hasardeux que les sites web de la DGI et de la CENI par exemple continue d’être hébergé aux USA. Le cloud oui, mais un cloud national; qu’il soit opéré par un provider privé ou public. L’essentiel est qu’il soit soumis à la législation nationale en matière de protection des données publics et des données à caractère personnel.
    4. Renforcement de la sécurité des transactions électroniques/numériques par la mise en place d’une autorité nationale de certification des signatures numériques (clés publiques; référence à l’acronyme anglais PKI).
    5. Promotion de la transparence des affaires publiques par l’accessibilité des données à caractères publics (open data). Par exemple, Il nous faut souvent attendre le rapport annuel de l’ARTP qui sort souvent avec 6 mois à 1 an de retard ou aller sur le site de l’IUT pour avoir des données parcellaires sur le numérique au Togo.

    Il n’est plus à démontrer la prépondérance d’un État fort dans la conscience collective des togolais. Toutefois, cela ne doit pas occulter la nécessité d’un partenariat public-société civile fort et fructueux sur les questions de gouvernance de l’économie numérique.

    We need to have in place a strong, inclusive and conducive policy process to leverage the full benefits of the digital economy in the country.

    Mes deux sous pour l’instant…

    Répondre
  2. adzimawhite

    Le chantier est énorme!!! tout comme ceux (les chantiers) présentés en général dans ce qu’on appelle d’ailleurs en France, le discours de politique général du premier ministre, ou dans notre cas togolais, le discours-programme du chef de gouvernement. Seul hic dans cette histoire, les discours programmes promettent un peu trop de beau temps sans nous révéler la pluie qui est derrière. Je n’ai lu que « développement d’infrastructures » chez le premier ministre, et je ne lis que « nous allons continuer par développer, développer, développer ». Ceci entretient des espoirs sans fondement tout en nous laissant pendre dans un grand vide. Qu’est ce qui sera fait concrètement? cela personne ne le dit. je lis dans votre discours : évolution, modernisation. Vous ne nous dites pas si le prix des communications vont baisser, si le prix de l’internet (oh mon dieu, trop cher) va baisser… En france, les récents gouvernements publient les chiffres de la croissance, expliquent les incidences, annoncent que ce sera dur et sur combien de temps cela deviendra moins dur (sans mauvais jeu de mots). Est-ce qu’un jour on nous dira dans notre cher Togo, à quoi nous attendre véritablement durant le mandat du gouvernement courant, ce qu’il pourra faire concrètement et ce qu’il ne pourra pas. Dernier exemple : votre homologue, Fleur Pellerin, a à sa disposition 120 milliards d’euros, un budget entièrement à part pour le passage à la 4G de toute la France. Je sais que vous, vous ne l’avez pas, mais votre blog fait croire que vous allez mettre internet dans toutes les administrations publiques du Togo de Lomé jusqu’à Cinkassé. Mais quand on voit le mal que les médecins se sont donnés pour avoir internet dans une partie de l’hôpital, et encore, à leur propre frais, on s’interroge sur le fond des discours de nos politiques et de ce qu’ils communiquent véritablement derrière: nous continuerons à développer nos infrastructures, veut dire, nous avancerons, mais à pas de tortue. Mais ça, le togolais lambda ne le sait pas. Et c’est pour ça qu’ils perdent confiance. Parce que les mots ne sont pas à leur juste valeur, et que le sens premier de « développer les infrastructures » est « quelques avancées notables à mettre à l’actif du gouvernement ». les gens comme moi hésitent à vous accorder du crédit. On va dire qu’on attend de voir

    Répondre
  3. Giroux

    Bonjour,

    Nous sommes sollicités par le gouvernement français pour une mission au Togo afin de créer un programme de formation et de sélection de formateurs de conseillers à la création d’entreprise. Ce projet est fondamental pour réunir les conditions de succès de la création et de la pérennité d’entreprise notamment par les jeunes.
    Nous aurons peut être l’honneur de faire votre connaissance à cette occasion.

    Henri Giroux
    Coprésident de Développeurs Sans Frontières

    Répondre

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s